270909

Moyens de communications du PNNS et de ses principaux acteurs.

             Ces dernières dizaines d'années ont vues l'apparition de modes de vie de plus en plus sédentaires, notamment du fait de certains loisirs (télévision, jeux vidéo,...) et du développement des moyens de transports. En parallèle les habitudes alimentaires ont été transformées, et globalement la densité énergétiques de l'alimentation est trop élevée. Ces évolutions ont conduit à des déséquilibres nutritionnels qui ont un effet immédiat sur la santé.

La grande distribution, acteur primaire entre la population et les professionnels de l'agro-alimentaire a elle aussi un rôle primordial a jouer dans la transformation du mode de vie de la population.

Fidèle aux grands principes du Programme National Nutrition Santé telle la promotion de la pratique d'une activité physique, Intermarché était partenaire du Marathon du Grand Toulouse le 28 octobre 2007. Au programme de ce marathon : suivi nutritionnel des marathoniens, conseils de nutritionnistes sur le stand Défi Mousquetaires, distribution de guides et affiches du PNNS, expositions sur les repères de consommation du PNNS, jeux pour enfants, distribution de 75 000 bouteilles d'eau, 6 tonnes de fruits et 36 000 barres de céréales…

En 2008, certaines entreprises ont compris leur importance dans l'action du PNNS et ont répondu favorablement en annonçant qu’elles retiraient leur publicité des programmes télévisés pour enfants (Orangina-Schweppes, Coca-Cola, Mac Donalds,...) et une grande enseigne a fait part de son engagement de retirer les confiseries au niveau des caisses (Les magasins Leclerc).

Dans une société favorisant la libre entreprise, et où les industriels ne souhaitent pas de textes contraignants, mais sans leur engagement, à terme, l'Etat devra définir des règles. C'est le cas dans deux pays européens : en Suède, une loi de 1996 prévoit une interdiction totale de publicité avant, pendant et après les émissions destinées aux moins de 12 ans. En Grande-Bretagne, il existe une interdiction de publicité pour les produits aux taux élevés en sucre, sel et graisse aux programmes destinés aux moins de 16 ans ou pour lesquels au moins 20% des spectateurs sont des enfants.

Depuis quelques années, l'augmentation du sur-poids et de l'obésité chez les enfants et les adolescents est devenue un problème majeur dont les causes relèvent des évolutions de la société. Entre la famille, et la société, l'institution qui se situe dans l'environnement immédiat de l'enfant ou adolescent et peut agir à court terme sur ses habitudes alimentaires, mais aussi sur celles de l'adulte qu'il deviendra est l'école.

Depuis le 1er septembre 2005, les distributeurs automatiques de boissons et de produits alimentaires sont interdits dans les établissements scolaires, et les collations matinales ont été répertoriées de non systématiques, celles ci "perturbent le rythme" alimentaire de l'enfant selon une circulaire de mars 2004. De plus, l'installation de fontaines à eau dans les établissements se doit d'être développée, afin de proposer une boisson non calorique et gratuite aux élèves.

La scolarité a donc un rôle important dans la socialisation et l'éducation des individus, c'est pourquoi le PNNS s'axe aussi sur ce point par le biais d'une éducation alimentaire. Dans le cadre de la politique de santé des élèves, une circulaire de décembre 2003 relative à "la santé des élèves : programme quinquennal de prévention et d'éducation", on remarque que l'éducation à la nutrition et la prévention des problèmes de sur-poids et d'obésité a une place acquis une prépondérante, qui a nécessité un réel investissement avec les différents ministères concernés.
La politique nutritionnelle à l'école concerne plusieurs domaines d'intervention qui sont développés dans des fiches spécifiques tel que : la nutrition dans les programmes d'enseignement; l'offre alimentaire en milieu scolaire; l'éducation nutritionnelle, au goût et à la consommation; mais aussi la pratique de l'activité physique et pour finir la prévention des problèmes de sur-poids et d'obésité, d'anorexie, de troubles du comportement alimentaire.

De plus, dans le cadre du PNNS un nouvel outil d'intervention éducative destiné aux classes de collège a été élaboré par l'INPES en collaboration avec l'Education nationale intitulé "Fourchettes et baskets". Il va permettre de mener un véritable travail éducatif avec les adolescents avec une approche positive de la santé. Les activités que cet outil propose ont pour but de sensibiliser les adolescents sur leur alimentation et leur activité physique, mais aussi mais aussi à les inciter à avoir une opinion sur l'environnement et l'alimentation qui leur sont offerts. Ces thèmes sont abordés par le biais de 6 chapitres :

Qu’est-ce qu’ils mangent ? : rapport à l'alimentation ; besoins nutritionnels,...

Activité physique, nutrition et santé : rapport des adolescents à l’activité physique et au sport ; liens entre alimentation et la pratique sportive ; promotion de l’activité physique.

Consommateur averti, consommateur citoyen : rapport des adolescents à la consommation; prise de conscience de l'influence de la publicité ; transformation des aliments ;

Rythmes alimentaires : répartition des repas dans la journée des ados ; informations sur le petit déjeuner, le goûter et la question du grignotage.

Alimentation et relation aux autres, relation à soi : dimensions sociales et culturelles de l’alimentation (influence des autres, du lieu, etc.) ; rapport individuel à l’alimentation (les 5 sens,...).

Le repas de midi : composition de ce repas ; la restauration scolaire.

Edité à 5000 exemplaires dans un premier temps, ce programme sera proposé gratuitement aux professionnels des collèges, sur commande. Il sera également diffusé aux infirmières et médecins scolaires conseillers techniques, aux centres de documentation des IUFM,...

L'école, véritable partenaire dans le changement des habitudes alimentaires a su mettre en place des actions visant à atteindre cet objectif. En étant un véritable acteur dans ce domaine, elle a permis de modifier les comportements au quotidien.

En novembre 2009, le ministère de la Santé et des Sports et l'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) ont lancé un nouvel outil de communication à l'attention des français dont le but est d'aider les français à améliorer leurs connaissances sur leur alimentation et au besoin de leur proposer des solutions. Cette campagne d'information et de communication s'appuie sur des acteurs économiques du secteur alimentaire tels que la production, la distribution,... Ceux ci s'engagent à améliorer l'offre alimentaire en agissant de façon importante sur la qualité nutritionnelle de leurs produits. Du 2 au 21 novembre 2009, ces trois spots TV (* * *) d'environ 30 secondes chacun visent à sensibiliser la population, notamment sur le fait que le gras, le sucre et le sel ne sont pas forcement identifiables. Ils mettent en scène quelques aliments sortis de leur contexte habituel de consommation de façon surprenante. Chaque film se termine par une invitation à visiter le site mangerbouger.fr où'on peut découvrir la MADAM.

De plus, depuis quelques mois, on peut voir défiler en bas de nombre de publicités pour des produits alimentaires, un petit bandeau : "Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour" ; "Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière" ; "Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé" ou encore "Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas". Ces bannières sont obligatoires pour les publicités de tous les produits alimentaires ayant subi une transformation ainsi que les boissons ayant un ajout de sucre, de sel ou d'édulcorant.
Les marques peuvent malgré tout ne pas afficher ces bannières... en payant une taxe de 1.5% du cout de la publicité à l'INPES
(l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé, c'est un  organisme public du ministère de la santé).


La campagne média en 2009 est complétée par 3 annonces presse, diffusées dans de nombreux titres de la presse magazine reprenant la mécanique de la publicité audiovisuelle concernant l'identification du gras, du sel et du sucre dans les aliments qui peut parfois être faussée. Ces annonces renvoient également vers le site internet du PNNS pour de plus amples informations.

Des documents ont été édités par l'INPES, ces guides sont diffusés gratuitement par l'institut, ceux ci sont variés : guide alimentaire et nutritionnel pour tous, guide nutritionnel à l'usage des parents, des adolescents eux-mêmes, mais aussi livrets destinés aux professionnels de la santé.


Le PNNS a depuis peu mis en place la MADAM, la "Machine A Décoder les Aliments Mystérieux", sorte de guide alimentaire ludique permettant à la population de s'informer des apports nutritionnels des aliments qu'elle consomme. Le PNNS s'attache à en faire la publicité avec l'aide d'une campagne publicitaire télévisée s'appuyant sur l'image attrayante d'un robot féminin métallique.

On y trouve un comparateur d'aliments selon plusieurs grandes familles (charcuteries, fromages, plats cuisinés,...), mais aussi un guide à l'attention des consommateurs par rapport aux emballages alimentaires et leur décryptage, un guide afin de limiter sa consommation de sucre, de sel et de gras, et enfin un guide des bonnes habitudes alimentaires (rythme d'alimentation) favorables au maintien en bonne santé.

Grâce à des échelles, le consommateur peut visualiser quels sont les aliments les plus riches en matières grasse, en sel ou en sucre pour de nombreuses familles d'aliments : céréales du petit déjeuner et barres céréalières, pains, biscotte et viennoiseries, yaourts et desserts, fromages, boissons sans alcool, jambons, viandes, poissons, oeufs, charcuteries, garnitures, légumes et féculents,...

Ces actions en apparence simplistes sont le fruit de nombreuses études et travaux scientifiques, il est donc important de s'intéresser aux résultats obtenus avec la mise en oeuvre de ces nombreux moyens.

Posté par tpepnns à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Moyens de communications du PNNS et de ses principaux acteurs.

Nouveau commentaire